MONTREBEI, PYRENEES, ESPAGNE PAR ROMAIN WAGNER

(1)
Déposer un commentaire

Les deux dernières semaines de mars, une météo instable les WE, et des conditions peu enthousiasmantes en montagne, m'ont conduit à transformer des sorties initialement prévues glace/mixte (et oui, normalement, c'est la saison...) en terrain d'aventure de l'autre côté de la frontière... Histoire de vivre mieux cette frustration, je choisis un endroit magnifique pour son cadre, comme pour son escalade : Montrebei !

Avec les jeunes de l’équipe CAF Midi Pyrénées, suite à des soucis d’accès et à une arrivée tardive, on décide de temporiser, histoire de pas se mettre à l'arrache dès le premier jour, et on commence à la cool par une petite journée d'acclimatation a Alsamora pour des voies aux caractéristiques similaires, mais beaucoup plus courtes !

Après ce petit échauffement, on décide donc de passer aux choses sérieuses pour aller en paroi de Catalogne !

Marie et Simon qui n'ont jamais grimpé là bas veulent commencer par une classique abordable et en toute logique partent pour le dièdre gris. Pour Nico, Jeremy et Paul, ça sera moins classique avec "Estacion orbital Mir" qui voyage dans des zones plus compactes où la traversée est souvent la solution. Quant à Camille, Max et moi, on a opté pour une des voies de libre les plus exigeantes du lieu : "Miedo a volar..." au nom évocateur...

Max commence les hostilités avec une superbe longueur de 55 m  en 6c, technique et soutenue. Il encape dans la longueur de 7b qu'il enchaîne à la suite d'un beau combat de continuité ! Une longueur vraiment pas évidente avec une traversée finale où les pieds brillent par leur absence... Suite à cette belle performance, Max cède la place à sa douce moitié, pour deux longueurs de 6c+ pas forcément extrêmes mais qui demandent de la concentration... Nous sommes à l'ombre et un vent très froid s'est levé... Des conditions idéales pour la grimpe mais pas pour poireauter au relais...

C'est à mon tour de passer en tête. Ce 6c me permet de me mettre en douceur dans l'ambiance. Dans ce genre de voie, être en tête ou en second fait une énorme différence...

Vient ensuite pour moi une des plus belles longueurs de la voie et une des plus magistralement ouvertes. Ce 7a, après un départ pêchu, offre une belle errance dans une dalle extrêmement compacte. Chaque décision doit être pesée sous peine de ne pas pouvoir faire marche arrière, quand à la pose de protections, c'est un vrai casse tête... Cette longueur me demande pas mal de temps et d’énergie. Il va falloir se ressourcer avant d'attaquer la longueur suivante, crux de la voie, ouverte par un des maîtres de l'engagement : Unaï Mendia...

Cette longueur présente la particularité d'être équipée de 5 goujons distants de 5 à 6 m pour une cotation obligatoire de 7b, ce qui est finalement très rare... Impossible de rajouter quelque chose entre ces points avec une escalade en dalle ultra technique pour les pieds. Les prises de mains étant microscopiques, il faut lutter pour rester en équilibre... Mes couinements incessants et mes multiples "fais gaffe!" pour ramper d'un point à l'autre maintiennent mon assureur sous tension... Max m'avouera plus tard avoir vécu intensément cette longueur ayant la lourde responsabilité de gérer une chute potentielle de 15 m dans du positif ! Pour ma part, en plus de la décharge d'adrénaline provoquée par le fait de se mettre au taquet très loin du point, je sais aussi que la réussite ou l'échec de notre cordée repose sur mes épaules...

Passé cette longueur, nous savons que c'est gagné. J'enchaîne par deux longueurs supposées plus faciles, mais la fatigue et le rocher délité finissent de m'achever ! La nuit nous cueille à R9. Complétement morts et transis de froid, nous décidons de sortir par la dernière longueur de "La barra del bar".  Je repasse le flambeau à Camille pour une dernière cheminée et nous sortons au sommet après 14 h d'un combat à l'issue incertaine... Sans aucun doute une des plus belles et des plus dures de Montrebei.

Merci aux ouvreurs pour leur audace incroyable et un grand merci à Camille et Max de m'avoir accompagné dans cette superbe aventure .

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Validez votre note
Rédiger un avis
HAUT DE PAGE