VOIE RHEM/VIMAL, FACE NORD DES DROITES PAR MATHIEU DETRIE

(3)
Déposer un commentaire

C’est toujours la même chose au mois de mars. Les conditions en montagne s’améliorent, les journées s’allongent et température s’adoucissent, et avec tout ça revient l’envie furieuse d’aller passer un bon moment là haut avec les copains! Malgré la saison de guide, c’est toujours salutaire de sortir de cette "zone de confort" pour se retrouver en montagne et se confronter à un beau projet alpin.

Donc, profitant du beau créneau météo de la semaine passée, nous sommes allés grimper dans la face nord des Droites, la voie Rhem/Vimal. Cette voie, situé a droite de la face et franchissant un raide bastion, est peu parcourue, peut être 4 ou 5 fois. Elle a connu une répétition marquante en 2009 par Eric Doiseau, Damien Tomasi et Benjamin Guigonnet. Marquante car, ouverte en escalade artificielle, elle fut libérée, au cours de cette ascension, en dry-tooling, laissant des souvenirs émues (j’ai mes infos!) au 2 jeunes accompagnant le grand Eric Doiseau. Donc voici 4 longueurs cotés M7/M8 au lieu du 6b/A2 précédent, une belle (r)évolution!

Nous débarquons donc avec Mathieu Maynadier, compagnon de longue date et très fort grimpeur de mixte, au pied de la face ce mercredi après midi. La première impression n’est pas très encourageante. En effet, la face est si sèche que nous ne savons pas si nous pourrons passer le passage du bas, «la virgule», normalement facile en bonne condition, mais là extrêmement sec! Au dela, la suite s’annonce comme une punition pour les mollets, avec une glace vitreuse de haut en bas, mais ça nous nous en accommoderons…

Le point positif est que, si l’on réussit à passer cette première partie, le bastion est bien sec, nous libérant de la corvée de nettoyage des prises!

Bivouac à la rimaye, la stratégie est la suivante. On part léger et on redescend en rappel les 1000 m de face pour ne pas porter les skis pour redescendre en versant Sud. Vu la glace vitreuse de partout, au moins, ça ne sera pas difficile de faire des lunules! Départ à 4h, avec le doute toujours présent de pouvoir passer cette « virgule ». Par chance, il y a juste ce qu’il faut de glace, c’est a dire 20 cm de large, pour grimper. Il n’en fallait pas moins! Ces conditions rendent d’ailleurs cette longueur, comment dire, intéressante…

La suite est effectivement une punition pour les mollets! Point de neige mais de la glace bien dure pour nos petites pointes avants. Mais le plan se déroule pas trop mal. Au pied du mur, 4h plus tard, nous mesurons les efforts qu’il restent a faire mais nous sommes enthousiastes tant la ligne est belle et le rocher est bon. C’est partie pour 6h de combat pour enchaîner à notre tour ces 4 longueurs complètement démentes. Quel plaisir de grimper si haut perché, dans cette face mythique, et de réaliser une si belle escalade! Heureusement qu’il n’y en a pas 10 comme celles-ci, car à la sortie du bastion, nous avons les bras bien fatigué .

   

   

Il nous reste alors 250 m de pentes mixtes, toujours en glace vive, pour achever définitivement nos mollets et pour se dresser sur l’arête sommitale de ce beau sommet. Il est 15h30 et le passage de l’ombre à la lumière est toujours un moment forts dans l’escalade de ces faces nord. Je me demande même si ce n’est pas cela qui nous poussent vers le haut.

Heureux mais concentré, car la course n’est pas fini, nous savourons ce moment si précieux dans nos vies alpines.

Finalement la descente se passera sans trop de problème et par la magie du ski, nous « atterrissons » à Argentiere vers 21h, pile à l’heure pour retrouver les copains au restaurant et savourer une bonne pizza!!!

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Validez votre note
Rédiger un avis
HAUT DE PAGE